Les défis du conseiller

A l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE)
Groupe Français du monde, écologie et solidarité à l’AFE

Malgré tout c’est le rôle politique des conseillers qu’il faut souligner. Le futur des services proposés aux Français par l’administration se décide plus à Paris qu’au Danemark. C’est donc en tant que membre de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE) – une assemblée se réunissant deux fois par an à Paris – que j’ai plus pu toucher aux problèmes qui se posent pour les Français expatriés. Comme membre de la Commission des finances, du budget et de la fiscalité, j’ai pu constater que les Français de l’étranger sont toujours considérés comme des évadés fiscaux.  Et cela n’arrange pas les choses qu’apparaisse avec le gouvernement actuel un rapport proposant une réforme fiscale qui impose les revenus de source française de français non-résidents au taux de 20% dès le premier euro. Réforme qui finalement a été mise de côté à cause de nombreuses protestations des élus du Groupe Francais du Monde – écologie et solidarité de l’Assemblée des Français de l’Etranger. Le pire, c’est que la députée en Marche, Mme Genetet qui avait pondu cette réforme s’est félicitée à la fin que sa réforme ait été abandonnée. (C’est un peut l’histoire du fou qui se tape avec un marteau sur la tête et dit : « Ça fait du bien, quand je m’arrête ! »).

https://youtu.be/7jArjVGa110

Un autre aspect de la politique actuelle des Français non-résidents, c’est cet engouement qui ne dit pas son nom, qu’on appelle officiellement la dématérialisation des services consulaires proposés aux français de l’étranger. On essaye de faire des économies sur le dos des Français expatriés en réduisant le nombre de postes administratifs et en centralisant à Nantes des démarches essentielles pour les Français quitte à demander pour le retour des envois d’originaux de fournir une enveloppe timbrée avec des timbres français, vous voyez le problème. Sans compter que tous les Français non-résidents ou leurs conjoints ne pratiquent pas nécessairement le français et ne peuvent plus compter sur des services dans leur propre langue dans les consulats, tout étant centralisé en France.   Les économies de 10% annoncées sur la masse salariale globale des consulats et ambassades ne sont heureusement pas réalisées, puisqu’elles sont réduites à 7,9%, qui sait, si c’est parce qu’on est dans une année électorale? Et pour le soutien de l’enseignement des Établissements directement subventionnés par l’Etat (AEFE) nous avons vu des réductions budgétaires en 2017 de 33 millions d’Euro au niveau mondial, réductions qui ont été partiellement annulées deux ans après parce qu’à nouveau on se rapprochait d’une échéance électorale. Mais nous ne perdons rien pour attendre, ça reviendra de plus fort après si on a toujours le même gouvernement.

Mon bilan

écrit par Luc de Visme

Place Kongens Nytorv devant l’ambassade en 2015

Depuis 7 ans, je suis conseiller consulaire, maintenant conseiller des Français de l’Etranger, et depuis trois ans membre de l’Assemblée des Français de l’Etranger à Paris.

Claudine Lepage, sénatrice
Christian Eckert ancien secrétaire d’état

Ces sept années ont été riches en expériences sur la vie de la communauté des Français du Danemark. En collaboration avec l’administration consulaire, j’ai participé aux conseils consulaires ainsi qu’aux conseils d’établissement et des bourses scolaires du lycée Prins Henrik. Je suis aussi membre de la Chambre de commerce franco-danoise et en particulier, membre du jury du prix annuel des entrepreneurs français au Danemark. Plusieurs visites d’élus venant de France m’ont régulièrement donné la possibilité de rendre visite à d’autres institutions comme l’école privée franco-danoise de Copenhague. Certains évènements malheureusement tragiques ont nécessité la participation des 3 conseillers comme les attentats de Copenhague de 2015. L’année 2020 a souligné aussi l’intérêt d’avoir des conseillers pour informer et assurer une solidarité avec les citoyens français touchés par la crise Covid. Le rôle d’un conseiller est plus politique qu’associatif, même si c’est aussi son rôle de faciliter le développement d’associations françaises dans le pays. Les conseillers ont comme le nom l’indique un rôle plus consultatif que décisionnaire. Ils sont à la disposition des Français qui le souhaitent. Un petit succès récent : le consulat a accepté de recevoir l’argent pour faire faire un passeport par exemple avec Mobile Pay ! Un bon service.

A part cela, j’ai travaillé spécialement pour améliorer la place de la langue française dans l’enseignement danois.  Je me suis engagé dans la politique danoise en participant aux débats de l’actualité.

Du point de vue associatif, j’apprécie les activités de l’Amicale Française et participe aux activités de l’association Français du Monde – ADFE (www.adfe.dk), particulièrement en organisant chaque année (à part l’an dernier) le marché de Noël français à Frederiksberg.

Voir aussi Les défis du conseiller